Le Permis hauturier

De nombreux plaisanciers rêvent de repousser les limites de leurs navigations aux confins de l’horizon. Pour ce faire, le permis hauturier ouvre le champ des possibles à la découverte de notions fondamentales et intrinsèques au monde maritime.

Au-delà de la technologie qui permet de simplifier la gymnastique intellectuelle pour calculer route surface, courant prévu, variation ou encore Azimut, le sens marin commande de comprendre son environnement pour anticiper les décisions et prévenir les dangers.

Si l’extension hauturière n’est pas nécessaire pour piloter un voilier en mer, son socle de connaissances est recommandé quel que soit le statut du navire envisagé.

Champ de compétence

Le décret n°2007-1167 du 2 août 2007 relatif au permis de conduire et à la formation à la conduite des bateaux de plaisance à moteur détaille le périmètre de ‘extension hauturière du permis côtier qui permet de conduire :

  • Un bateau de plaisance sans limitation de puissance
  • En mer et sur les lacs ou plans d’eaux fermés, sans limite de distance d’un abri
  • De jour comme de nuit

Prérequis

Deux conditions sont obligatoires pour se présenter à l’examen :

  • Etre âge au minimum de 16 ans révolu
  • Etre titulaire du permis côtier

Aucun délai n’est imposé au candidat qui souhaite enchaîner le permis côtier et son extension

A noter que les personnes âgées d’au moins seize ans peuvent conduire durant une année un bateau de plaisance à moteur en eaux maritimes ou en eaux intérieures sans permis, à condition d’être accompagnées d’une personne titulaire depuis au moins trois ans de l’un des permis de conduire ou titres de conduite délivrés suivant les réglementations antérieures ou les dispositions du présent décret. Cette conduite est autorisée dans les limites du titre de l’accompagnateur.

Formation

L’inscription dans un établissement de formation n’est pas obligatoire. En effet, l’extension hauturière ne comporte qu’une épreuve théorique qu’il est possible de préparer seul et de présenter en candidat libre

Pour autant, il est conseillé de suivre une formation si votre socle de connaissance et d’expérience est limité, ceci pour déjouer les arcanes des subtilités de la navigation maritime.

Selon l’option retenue, le coût de la préparation oscillera entre 100 euros, en candidat libre et 500 euros en moyenne par l’intermédiaire d’un professionnel.

Le dossier d’inscription doit être déposé ou envoyé de préférence par lettre recommandée avec avis de réception soit directement auprès de la délégation à la mer et au littoral, soit auprès de l’établissement de formation.

Examen

L’examen peut se dérouler dans établissement de formation ou en candidat libre. La durée de l’épreuve théorique est de 1 heure 30 minutes et porte sur les connaissances suivantes, conformément à l’arrêté du 28 septembre 2007 relatif au permis de conduire des bateaux de plaisance à moteur, à l’agrément des établissements de formation et à la délivrance des autorisations d’enseigner. :

  • Lecture d’une carte marine (identification des phares, zones de courant, détails topographiques…)
  • Faire le point par plusieurs relèvements ou gisements et porter ce point sur la carte
  • Calculer la variation, la dérive due au vent, la dérive due au courant, le cap au compas, le cap vrai, la route sur le fond, faire l’estime
  • Sensibilisation aux aides électroniques à la navigation
  • Effectuer un calcul de marée par rapport à un port principal par la règle des douzièmes
  • Savoir interpréter de manière simple une carte de météorologie marine et connaître les symboles utilisés,
  • Connaître le matériel de sécurité obligatoire au-delà de 6 milles

Le candidat doit, le jour de l’examen, être en possession de matériel :

  • La carte marine N°9999 spéciale d’exercice du service hydrographique et océanographique de la marine
  • Une règle de navigation
  • Un compas à pointe sèche
  • Une calculatrice non programmable
  • Un crayon de papier et une gomme

Pour être reçu, le candidat doit obtenir au moins une note de 10 et la note de l’épreuve sur carte doit être au moins égale à 7.

En cas de réussite à l’examen, l’établissement délivre une attestation de réussite. L’extension du permis plaisance est délivrée sur présentation de cette attestation par le préfet du département.

Retrait du permis

Pour rappel ,le permis hauturier peut être retiré temporairement ou définitivement notamment en cas :

  • De non observation de la réglementation afférente à la circulation en eaux maritimes
  • D’imprudence grave de nature à compromettre la sécurité du conducteur, des passagers ou des tiers
  • De conduite en état d’ébriété ou de consommation de stupéfiant

Certaines infractions peuvent également donner lieu à des contraventions.

Articles en rapportCatégorie : Titre de navigation, conception et jaugeage

Immatriculation et identification, Statut du navire et qualifications, Titre de navigation, conception et jaugeage
9 avril 2020 par Association Legisplaisance

Le domaine public fluvial : occupation, navigation et responsabilités

Achat, vente et copropriété, Assurance, garanties légales et expertise, Immatriculation et identification, Titre de navigation, conception et jaugeage
14 février 2020 par Association Legisplaisance

Documents administratifs d’un navire de plaisance et exclusion de garanties

Droit du travail et sécurité sociale, Location, convoyage et charter, Responsabilités administrative, civile et pénale, Statut du navire et qualifications, Titre de navigation, conception et jaugeage
14 février 2020 par Association Legisplaisance

Nautisme collaboratif – Réglementation et fiscalité